0

Les conseils de Théo #4 : Préparer un événement

  1.      Définir l’objectif.

La première des choses, c’est définir l’objectif : Sa nature, et surtout sa date. Plus vous serez fixé rapidement sur la date de cet objectif, plus il sera aisé de le préparer correctement.

La préparation ne sera pas la même s’il s’agit d’un long raid à étapes ou si il s’agit d’une course d’un jour nerveuse.

  1.      Planifier la préparation.

L’idée ici n’est pas forcément de se contraindre à un planning d’entrainement préétabli et rigoureux, mais plutôt d’orienter le thème de ses entraînements au fur et à mesure qu’on se rapproche de l’objectif.

 En simplifiant, on peut décomposer la période de préparation en 3 parties :

La première, la période foncière, apporte au pilote une base physique qui permettra de mieux supporter les séances un peu plus spécifiques par la suite. Cette période se compose de sorties au rythme peu élevé, plutôt portées vers le volume. On peut profiter de cette période pour renforcer le corps avec du gainage.

Vient ensuite une période qui permettra d’optimiser son pédalage : Exercices de forces, de vélocité, de pédalage sur une jambe… Le but est de gagner en efficacité et en puissance. Les sorties sont un peu plus courtes, et le rythme global un peu plus élevé.

Enfin, à quelques semaines de l’objectif, on rentre dans le peaufinage de la préparation : Exercices au seuil (rythme de course), travail des intensités et de l’explosivité. Le but est d’améliorer les capacités cardio-vasculaires et habituer le corps aux changements de rythme.

Plusieurs jours avant l’objectif (1 à 2 semaines avant), il faut maximiser la récupération : Alléger le volume des sorties, la densité et l’intensité des exercices. La dernière semaine se voudra très légère, tout le travail a été réalisé en amont ! Ne pas hésiter à faire une ou deux sorties en guise de piqure de rappel ! Profitez de cette semaine pour préparer votre matériel, afin d’avoir l’esprit tranquille avant votre objectif.

V8 equipment préparer un événement

Exemple pour un évènement situé en Mai :

On peut imaginer le découpage suivant :

Des sorties portées sur le foncier de Janvier à Mi-Février, Puis l’optimisation du pédalage et le travail de la puissance jusqu’à fin Mars, et le reste plutôt axé sur le travail du rythme.

PS : Ce n’est pas parce que vous êtes en période de rythme qu’il faut abandonner complètement le reste, et inversement.

Essayez de travailler en cycles : 3 semaines avec augmentation progressive de la charge d’entrainement, puis une semaine de récupération.

Comme dit plus haut, il n’y a pas de recette miracle, mais ces quelques conseils peuvent vous aider à progresser. Enfin n’oubliez pas, faites le toujours avec envie !

Théo Meuzard :    

Romain Laurent :    

Leave a Comment

Your email address will not be published.


Hello, nous utilisons des cookies, cliquez pour accepter leur utilisation et faciliter votre navigation. J'accepte