0

Les conseils de Théo #2 - Maîtriser son hydratation

Maîtriser son hydratation :

Pendant l’effort :

Boire régulièrement et en petite quantité à chaque fois permet d’apporter au corps ce qui est perdu en transpiration  et consommé par l’organisme. Boire en grande quantité peut être synonyme d’inconfort. N’attendez jamais la sensation de soif pour boire, elle est signe de déshydratation.

Compléter l’eau contenue dans un bidon ou une poche à eau avec une poudre d’apport glucidique est, pour moi, quasiment indispensable. Que ce soit à l’entraînement ou en compétition, cela permet de réguler la glycémie, ralentir l’épuisement des réserves  et d’éviter le « coup de barre ».

En règle générale, il est recommandé de boire entre 500mL et 1L par heure d’effort, à adapter en fonction de l’intensité de l’effort et de la température. Il va de soi que plus la température est élevée, plus il faut boire.

La boisson permet également de mieux assimiler le ravitaillement, type gel ou barre. Boire après s’être ravitaillé permet d’assimiler l’énergie plus rapidement.

Vous faites un effort long ? Effectuez-le sans boire, et vous verrez que votre efficacité sera de courte durée !

 

s'hydrater pendant l'effort

Après l’effort :

Ne lésinez pas sur l’eau ! Il faut boire beaucoup, en particulier juste après l’effort et dans les jours qui suivent. L’eau aura pour effet de réhydrater le corps et d’aider à drainer les déchets générés par l’activité.

Vous pouvez ajouter à l’eau des compléments de récupération (protéines BCAA, glucides…), sous forme de poudre également. Ceux-ci permettront de refaire les stocks, en prêtant main forte à une bonne alimentation.

En journée, prenez l’habitude de boire régulièrement, même sans soif. Il n’y a que des avantages à être bien hydraté !

Mon utilisation des sacs hydro : J’utilise le YDR 4.4 à l’entraînement et sur les courses longues distances avec la poche à eau de 1.5L. Pour les courses vraiment longues en autonomie, je rajoute un porte bidon sur mon cadre. En plus le sac me permet d’emmener confortablement le minimum de survie en cas de pépin mécanique.

Exemple sur l’Andalucia Bike Race du 26 Février au 3 Mars 2017 : J’étais en autonomie sur chaque étape avec 1.5L d’eau dans le sac et 500mL dans un bidon sur mon cadre. C’était suffisant pour des étapes de 3h30 environ. Pour l’étape de plus de 100km, je me suis fait ravitailler d’un bidon supplémentaire.

En enduro j’utilise le sac FRD 11.1 avec la poche à eau convertible 1.5/3L. Quand je pars sur un entraînement court, je la plie en 1.5L pour garder le poids en haut du sac, et sur les journées de course format rallye, qui sont  parfois très longues, je mets plus de 2L.

 

Théo Meuzard :    

Romain Laurent :    

Leave a Comment

Your email address will not be published.


Hello, nous utilisons des cookies, cliquez pour accepter leur utilisation et faciliter votre navigation. J'accepte