0

Les conseils de Théo #1 - Gagner en polyvalence

Gagner en polyvalence :

Quel que soit le profil du pilote et sa pratique (loisir ou compétition), gagner en polyvalence, c’est l’assurance de rouler plus vite et de gagner du plaisir !

1 - Quelques bases : 

  • Identifier ses points faibles (d’un point de vue pilotage ou physiologique)

  • Selon le profil du pilote : Un pilote cross-country à l’aise physiquement pourra consacrer du temps à des exercices de pilotage. Etre rapide en descente en XC, ça ne fait pas gagner des courses, mais ça évite de les perdre !
  • En compétition comme en dehors, cela permet de s’économiser, récupérer et préserver son matériel.

  • Un pilote enduro progressera davantage s’il travaille sa résistance et son explosivité. Là encore le conseil ne s’applique pas uniquement au compétiteur. Un physique solide en descente, ça permet de garder le gap, et de préserver sa lucidité.
  • Dans les faits, il ne suffit pas de rouler pour progresser. La monotonie des sorties est à proscrire !

  • Il peut être intéressant de varier les plaisirs : varier les disciplines cyclistes, voir varier les sports à l’intersaison.

  • Tous les exercices sont réalisables avec un seul type de VTT, même si changer de monture peut permettre d’approfondir certains points.

2 - Exercices types :

Exercices physiques :

  • Gagner en force : Dans une montée longue, roulante, régulière et à pente moyenne : Mettre du braquet pour avoir une fréquence de pédalage aux alentours de 50 rpm (50 rotations/minute, c’est presque la cadence minimale qu’on doit pouvoir tenir). Quelques minutes, plusieurs fois dans la sortie.

  • Gagner en vélocité : En montée légère ou sur le plat, remonter de quelques dents sur la cassette permet d’augmenter sa fréquence de pédalage. Quelques minutes plusieurs fois dans la sortie.

  • Gagner en puissance : Puissance = force x vélocité. On gagne en puissance en alternant les 2 exercices cités au-dessus.

  • Gagner en explosivité : Sprints courts (en haut des bosses, en sortie de virage). Fartleck (accélération progressive au seuil en haut des bosses). De 5 à 20s, en alternant assis ou debout sur les pédales.

  • Gagner en résistance : En plus de la « caisse » gagnée avec le roulage : exercices de gainage haut et bas du corps, et éventuellement de la musculation. 

Exercices de pilotage :

  • Franchissement : En montée comme en descente, le franchissement s’acquiert par le passage d’obstacles de plus en plus gros. Ne pas griller les étapes, et ne pas hésiter à commencer par de petites marches. Bien jouer sur le déplacement du corps pour rétablir l’assiette du vélo au moment du basculement.
  • Virages : un exercice simple, consiste à placer des plots ou n’importe quel objet repérable de manière à tourner autour. Privilégier une pente pas trop raide au début. Bien penser à s’appliquer sur la position, en penchant le vélo vers l’intérieur, et le poids du corps au-dessus des roues pour donner du grip. Du poids sur le bras intérieur tendu (ou presque), pied extérieur bien en appui sur la pédale.
  • Gagner de la motricité : Opter pour un pédalage rond, sans à-coups, parfois avec les fesses légèrement décollées de la selle pour laisser le vélo suivre le terrain. Ne pas trop mouliner.

 

Tous ces exercices peuvent se travailler spécifiquement, ou simplement au cours d’une sortie, en profitant du relief pour les placer ! La nature offre une incroyable variété de terrains, servez-vous en !

Allez-y progressivement, commencez par cerner vos lacunes, puis travaillez-les. En agrémentant votre sortie de quelques exercices, la progression sera rapide !

 

Théo Meuzard :    

Romain Laurent :    

 

 

 

Leave a Comment

Your email address will not be published.


Hello, nous utilisons des cookies, cliquez pour accepter leur utilisation et faciliter votre navigation. J'accepte